Visiter des bibliothèques à Londres est toujours une expérience excitante, mais cette année, la conférence RBSCG, qui rassemble les bibliothécaires responsables de livres rares et collections spéciales, a été particulièrement intéressante. Cette conférence s’est déroulée sur trois jours dans différents lieux : la Friends Meeting House, la Lambeth Palace Library et la British Library.

Le thème de la conférence – “Hidden Collections: Revealed” (Les collections cachées : Révélées) – a servi à rassembler ces différents lieux et montrer que les nombreux problèmes rencontrés autour des livres rares et collections spéciales sont communs aux différentes institutions et collectionneurs.

La conférence a permis de discuter des collections qui peuvent devenir sous-utilisées ou “cachées”, mais surtout de proposer un grand nombre d’idées pour les remettre sur le devant de la scène.

DES ACTIONS COLLABORATIVES POUR RENDRE LES COLLECTIONS ACCESSIBLES
La collaboration avec d’autres institutions et projets peut être la clé pour révéler une collection auparavant cachée. Il a été discuté des bénéfices d’ajouter des références dans des catalogues collaboratifs en ligne comme le COPAC et le ESTC.

Intervenant à la conférence, David Prosser, directeur exécutif de Research Libraries UK, a présenté les avantages de travailler collectivement sur la politique de développement des collections. Il a utilisé l’exemple du projet UK Research Reserve project (UKRR, le projet de réserve des recherches du Royaume Unis), qui a eu beaucoup de succès dans la gestion de collections d’articles de recherche à travers des bibliothèques universitaires. Une solution assurant la disponibilité des copies à travers le Royaume-Uni, tout en permettant aux institutions de gérer leur stock afin de libérer de l’espace.

LA VIE D’UNE COLLECTION DÉPEND DE SON INSTITUTION
L’investissement des institutions pour les collections est primordial afin de révéler certains joyaux cachés. L’Université de Birmingham a fait la une de la presse l’été dernier autour de la découverte de l’un des plus anciens manuscrits du Coran existant. Les institutions peuvent ainsi exploiter cette publicité et faire des collections spéciales, le «joyau de la couronne» de leurs recherches.

Lorsque les institutions perdent l’intérêt ou ne parviennent pas à voir le potentiel d’une collection, l’impact peut être catastrophique, comme illustré par le discours de Karen Pierce sur la collection de livres rares de Cardiff. Bien que soigneusement gérée par la bibliothèque publique de Cardiff depuis des décennies, la collection est tombée dans l’oubli suite à un manque d’investissement et des changements de priorité. Cet exemple apparaît comme une mise en garde pour les collections risquant d’être éparpillées. Heureusement, l’histoire s’est bien terminée : l’Université de Cardiff a pu acheter la collection et maintenant, grâce à un investissement continu dans l’archivage, les livres rares sont accessibles aux universitaires et au public.

ETRE CREATIF DANS LES PROJETS DE RÉVÉLATION DE COLLECTIONS
Travailler pour révéler des collections cachées peut être un sacré défi : l’archivage de collections nécessite un investissement financier important et peut être difficile à justifier. Durant ces trois jours, les conférenciers ont discuté des moyens novateurs de promouvoir leurs collections sans se ruiner.

Plusieurs présentations ont parlé des avantages d’embaucher des étudiants pour aider à l’archivage. En plus d’avoir de meilleures de chance d’être employé, en raison de leurs compétences nouvellement acquises, les élèves apprennent à connaître les collections et à en devenir des défenseurs parmi leurs pairs. De plus, les étudiants qui se concentrent sur les tâches simples soulagent la pression sur les archivistes professionnels.

Être capable d’archiver des livres rares et des collections spéciales est une compétence professionnelle en soit, et beaucoup de discussions lors de la conférence ont traité de la meilleure façon d’exploiter les connaissances de ceux qui travaillent dans ce domaine. Lorsque des archivistes ont travaillé sur les éléments de la collection de livres rares de Cardiff, ils ont découvert un livre qui avait jadis appartenu au scientifique Isaac Newton. Cela n’aurait pas été découvert sans les compétences de recherche développées par les archivistes de livres rares.

Pin It on Pinterest