BOIJMANS VAN BEUNINGEN

Bruynzeel-Storage-Systems_Depot-Boijmans-Van-Beuningen_©Ossip-van-Duivenbode

Le nouvel entrepôt controversé du musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam est unique au monde. Avec sa forme ronde et sa surface réfléchissante, c’est une œuvre d’art en lui-même. 151 000 objets d’art y sont stockés de manière sûre et durable grâce aux systèmes de Bruynzeel Storage Systems.

Twan Janssen, chef de projet chez Bruynzeel pour l’entrepôt du musée, a fait la navette entre Panningen et Rotterdam des dizaines de fois ces dernières années. « Je ne sais pas combien de kilomètres j’ai parcourus au total », s’amuse-t-il. « Mais ça en fait pas mal. » T. Janssen a participé à la conception de l’entrepôt du musée à partir de la fin 2016. « D’habitude, ce genre de projet demande six mois de travail, parfois un peu plus. Mais celui-ci a pris plus de cinq ans. C’est vraiment exceptionnel. Pour nous, c’était donc un projet très complexe et très particulier. »

Consultation

Les déplacements fréquents entre Limbourg et Rotterdam étaient nécessaires, car l’aménagement du nouvel entrepôt exigeait un haut niveau de coordination et de concertation. L’entrepôt du Boijmans Van Beuningen n’est pas un bâtiment ordinaire. Avec sa forme sphérique originale et sa surface entièrement couverte de miroirs, ce bâtiment de plus de 35 mètres de haut, conçu par les architectes de MVRDV et construit dans le parc du musée de Rotterdam, a tendance à donner le sourire. « Une œuvre d’art en soi », disent les spécialistes.

« Bien sûr, c’est fantastique que Bruynzeel ait pu y contribuer », déclare T. Janssen. « C’est vraiment une réalisation dont on peut être fier. Mais ça n’avait rien de facile ».

 

Rond

Le rond et le rectangulaire font rarement bon ménage. Pourtant, il fallait que les rayonnages rectangulaires, les grilles à tableaux, les armoires et les autres systèmes de stockage de Bruynzeel trouvent leur place au sein de la sphère malgré la courbure des parois. Et cela de manière à ce que l’espace disponible soit utilisé de manière optimale. Il fallait imaginer une disposition particulièrement sophistiquée pour pouvoir stocker 151 000 objets de toutes les formes et toutes les tailles dans l’espace existant.

C’est à Bruynzeel que la tâche a été confiée, dit T. Janssen : « Nous avons l’habitude de personnaliser nos solutions, nous le faisons souvent. Mais ce travail était vraiment exceptionnel et nécessitait une personnalisation plus poussée que d’habitude. La forme spécifique du bâtiment, c’est-à-dire une sphère, nous a contraint à recourir à de nombreuses solutions originales. C’est le cas, par exemple, au deuxième étage, où se trouvent les grandes grilles à tableaux. Elles coulissent sur des rails. Normalement, elles sont parallèles les unes aux autres. Mais ici, elles se déploient depuis le centre du bâtiment vers les murs. Le dessiner sur l’ordinateur est une chose, mais parvenir à l’appliquer concrètement demande beaucoup d’habileté. Sans oublier que ces grilles doivent être suffisamment robustes pour supporter le poids considérable de tous ces tableaux. Même si tel ou tel rayonnage n’est ouvert et fermé que très rarement, il doit toujours pouvoir rouler sans heurts. »

ArteStore-Terra_Bruynzeel-Storage-Systems_Boijmans-Van-Beuningen_©ANP-Robin-van-Lonkhuijsen

Exigences

L’entrepôt contient également un certain nombre de zones de stockage où des tiers peuvent mettre à l’abri leurs collections d’œuvres. Ces tiers avaient également des désirs et des exigences propres auxquels Bruynzeel devait aussi répondre.

Le processus de conception lui-même a été au moins aussi complexe, explique T. Janssen. « Après la phase d’appel d’offres et de devis, nous étions loin d’en avoir fini. En principe, on élabore une conception qu’il doit toujours être ajustée pendant la phase d’installation, mais ces changements sont généralement limités. Pour ce projet, ils n’ont pas cessé d’être apportés par l’organisation elle-même pendant la phase de construction et d’installation. Chaque fois que nous faisions un plan, il fallait le modifier à nouveau à cause de ces ajustements. Des grilles à tableaux plus rapprochées ou disposées de façon légèrement différente. Bien sûr, c’est quelque chose que nous pouvons faire, et d’ailleurs nous le faisons. Mais cela a demandé à nos collaborateurs beaucoup d’adaptabilité. »

 

Avoir son mot à dire

De nombreuses parties prenantes ont également été impliquées dans la construction et dans l’aménagement, chacune ayant aussi son mot à dire. « Si nous apportions des modifications à la demande de quelqu’un, d’autres parties concernées devaient également donner leur avis. Travailler avec toutes ces entreprises a nécessité un gros travail de communication et de concertation. »

La construction du bâtiment a été considérablement retardée par des problèmes de fondations. Cela n’a pas facilité les choses pour Bruynzeel. « C’est l’une des raisons pour lesquelles ce projet a pris autant de temps. Nous devions constamment adapter notre propre planification à la planification générale. Nous avons pu gagner du temps en réalisant une partie des travaux d’installation pendant la construction, par exemple l’installation des rails des grilles à tableaux. D’une certaine manière, nous avons progressé en même temps que le bâtiment, étage par étage. »

Par la suite, des problèmes logistiques sont apparus lorsqu’il s’est avéré que le grand monte-charge, dont Bruynzeel avait besoin pour transporter les matériaux, ne serait pas prêt à temps. « Nous avons dû utiliser les ascenseurs, qui sont plus petits. Mais évidemment, il y avait des dizaines d’autres entreprises qui devaient aussi les utiliser. »

Techniques

Les techniques les plus récentes ont été utilisées dans la conception des différents compartiments de l’entrepôt. Cela a été le cas, par exemple, pour le système d’entraînement des rayonnages chargés de supporter des objets volumineux. « Le déplacement des rayonnages est géré électroniquement. Pour éviter que des objets ne soient endommagés par des chocs, ce mouvement doit être très progressif. Pour cela, nous avons utilisé notre nouveau système d’entraînement électronique Dynamic II, qui offre davantage d’options et qui est plus convivial. On peut le piloter avec une application, par exemple. »

Dans l’ensemble, cela a été une mission assez difficile mais tout à fait exceptionnelle, conclut T. Janssen, qui est indéniablement fier du travail accompli.

Twan Janssen

Chef de projet chez Bruynzeel Storage Systems

Les grilles coulissantes pour accrocher les tableaux sont fabriquées par Bruynzeel. « Mais leurs dimensions étaient légèrement différentes des cotes habituelles. Pour vous donner une idée : nos cadres grillagés sont 50 millimètres plus bas que la norme. Calculez ce que cela signifie en matière de capacité si vous avez 128 grilles à tableaux de 6 mètres de long chacune. Vous devez récupérer cet espace ailleurs. »

Bruynzeel a fourni, entre autres systèmes :

mètres de rayonnage à tablettes statiques

mètres de longue portée

mètres de rayonnages à palettes

m2 de grilles à tableaux

portes coulissantes en verre

Souhaitez-vous en savoir plus sur les systèmes que nous avons installés au Depot Boijmans Van Beuningen ? Consultez notre brochure, dans laquelle vous trouverez davantage d’informations sur ces systèmes.

Le Depot Boijmans Van Beuningen dans la presse